Articles de Presse

 

Dans l’atelier d’Elisabeth Roux à Roybon

 

Terre, pisé et lumières de Roybon sont sources de création pour Elisabeth Roux.
Ses oeuvres s’enrichissent de la transparence, de l’évanescence et des reflets de l’eau
qui parsèment les paysages alentour.
C’est donc retirée des influences et de l’effervescence urbaine qu’Elisabeth Roux
a besoin de se ressourcer : «  ici pas de circulation, de bruits, d’agitation, de feux
rouges, d’embouteillages … »

 

Peindre comme elle respire.

Elisabeth Roux se souvient aussi avoir dès le plus jeune âge passé son temps
à « gribouiller », puis donner de la couleur à ces coups de crayons
qui parsemaient ses cahier d’école.
« Depuis toujours, avant même que j’en ai conscience, j’avais envie de peindre »
nous dit-elle, ajoutant : « Ce besoin de peindre se niche dans cette relation
entre l’oeil et le cerveau qui dirige alors la main. Imaginer ce qu’on a vu en le
reproduisant d’une autre façon. Faire vivre en couleur la retranscription d’une ambiance ». 

Autocritique permanente son travail est à ses yeux toujours trop figuratif et elle s’en réfère, pour
inspiration, à l’oeuvre du peintre Zao Wou-Ki dont le chemin de la pensée au geste est sans doute le plus abouti. 

Le grand format qu’Elisabeth Roux maîtrise avec talent l’attirait bien à voir plus grand et « pourquoi pas jusque
sur des murs », l’avenir nous le dira.

 

Pour l’heure ses oeuvres sont exposées encore jusqu’au 31 octobre 2021 à la Côte Saint-André dans la salle Jongkind de l’Hôtel de Ville (mardi et vendredi de 14h à 18h, samedi et dimanche de 10h à 19h) puis au mois de novembre au Salon International de Nice. 

Très engagée dans la transmission de sa passion, Elisabeth Roux propose aussi des cours hebdomadaires sur Roybon et Saint-Etienne-de-Saint-Geoirs, ainsi que des stages.

 

 

 

 

Elisabeth Roux expose les Paysages de sa "Nouvelle Saison"
 

Cinq ans après une exposition dédiée au corps en  mouvement, Elisabeth Roux
retrouve la salle Jongkind pendant tout le mois d'octobre pour y présenter sa « Nouvelle saison ».
Une quarantaine de ses toiles met en scène un de ses thèmes de prédilection : la nature. 

Artiste local et reconnu.

 « Nous inaugurons aujourd'hui la troisième exposition de cette saison de retour à la vie »
à commenter le maire Joël Gullon, lors du vernissage ce vendredi 1er octobre, en faisant
référence à la thématique du dernier festival Berlioz. Le premier élu de la Côte Saint-André
a poursuivi : « Nous essayons de trouver un équilibre en mettant en valeur les artistes reconnus
et les peintres locaux. Elisabeth Roux appartient aux deux catégories ! » Dans l'atelier de sa maison
de Roybon l'artiste peintre vit pleinement sa passion prenant plaisir à exporter toutes les facettes
de ces médiums préférés : l'acrylique, l’huile, l’encre, l'aquarelle, l’ajout de matière.
Formée auprès d'artistes renommés, elle continue de fréquenter les cours d'un collectif de
la région grenobloise. 

 

Une énergie créatrice puiser dans la nature. 

 

Dans cette exposition « Nouvelle saison » Elisabeth Roux présente des paysages de sous-bois,
des étangs parsemé de nymphéas, le jardin « fouillis » de sa maison, des compositions florales
auxquelles elle intègre maintenant des visages de femmes.
Dans cette nature, elle puise son énergie créatrice, pour magnifier chacun de ces éléments
en jouant avec les effets de transparence et la richesse de sa palette de couleurs. 

Dans sa démarche artistique, Elisabeth Roux garde en ligne de mire deux mots d’ordres :
le travail et l'assiduité. « Mon maître Claude Blanc-Brude me l'a appris et je l'enseigne à mes élèves ».
Car elle consacre aussi du temps à transmettre ses connaissances en animant des cours et des
stages dans plusieurs communes voisines.



Témoignage de Denis Arino conférencier au musée de Grenoble.

expo1.png
expo2.png
articleAtelier.png
Capture d’écran 2021-04-14 à 10.27.58.pn

Je veux arriver à cette condensation
des sensations qui fait le tableau.
Henri Matisse

La peinture d’Elisabet Roux s’inscrit dans une tradition de la peinture française tributaire de l’oeuvre de Matisse après 1917, mais aussi de celle de Duffy et Marquet.
Elle se caractérise par un hédonisme raffiné, une quête d’authenticité et fait de la justesse de la sensation son instrument privilégié. Ce processus, lentement élaboré, le tableau devient alors l’aboutissement d’un exercice de perception le sujet n’est que prétexte à cet exercice.
La création plastique, libérée de la représentation, peut s’épanouir sans autre contrainte que la sincérité du projet esthétique.
Ainsi s’élabore une œuvre où l'expression de la subjectivité est devenu moteur. Elle s'exprime par un coloris libéré du contour.
La forme, devenu évanescente, joue librement en contrepoint d'un graphisme épuré à la fois indice de représentation et élément constitutif de la structure du tableau. De faite, au-delà des contraintes du réel, se met en place un langage plastique élégant qui singularise la poétique d'Elisabeth Roux.
Le credo formaliste du progrès en art conduisait logiquement et inexorablement à une disparition de la peinture, celle-ci ayant épuisé ses ressources d'inventions formelles.
Venue à point, la pensée post moderne a permis à l'artiste, libéré de la tyrannie de l'invention, d'articuler librement son œuvre au créateur historique. Ainsi tel un phénix, a pu s'épanouir une peinture désinhibée qui puise son inspiration dans son histoire propre.

                                                                                                                           Denis ARINO

SAINT-ANTOINE-L'ABBAYE

Élisabeth Roux expose à Saint-Jean-Le-Fromental

L' association "Sauvegarde de la Chapelle Saint Jean-Le-Fromental" 

a invité Élisabeth Roux artiste peintre demeurant à Roybon, à exposer ses œuvres à la chapelle datant du Xe siècle. 

L'artiste, élève des Beaux-arts de Grenoble, continue de peindre au sein d'un collectif d'anciens de l'école. Elle donne des cours de peinture à plusieurs groupes d'amateurs, puisant son inspiration dans les grands espaces, au bord de la mer ou auprès de modèles vivants. 

L'exposition intitulée "Jardin fouillis" est haute en couleur et s'inspire du jardin de l'artiste qui, par son geste, reflète la natre dans le miroir de sa toile. Comme l'explique Élisabeth Roux, « ce jardin a été une découverte frappante » qu'elle a voulu mettre en scène et décrire en traits, glacis et superpositions riches en couleur. 

Le public, venu nombreux au vernissage, est tombé sous le charme de ce fouillis végétal, traité avec beaucoup de légèreté et tout en mystère, en formes et en mouvements, ainsi que par de magnifiques lumières et transparences laissant découvrir toute une gamme de couleurs sublimes. 

R.E. 

LA CÔTE SAINT ANDRE

Elisabeth Roux: un vernissage à succès

Capture d’écran 2021-04-14 à 09.25.44.pn

Elisabeth Roux entourée d'Anne-Marie Amice, Claire Debost et du maire Joël Gullon.

Samedi soir, la salle Jongkind, en mairie de La Côte-Saint-André, réunissait de nombreux amateurs d'arts et de peinture. Elisabeth Roux a prouvé, une fois de plus, que les artistes locaux peuvent aussi rassembler! Bien connue dans le milieu artistique local, dans sa commune de Roybon, et

maintenant ·dans notre grande communauté de communes, Elisabeth Roux était à son aise, presque étonnée de voir autant de ses amis, de ses élèves, de personnalités et d'élus, répondre à son invitation.

Pendant dix années, Elisabeth Roux a étudié le "modéle vivant" à l'Ecole des Beaux-Arts de Grenoble, puis toutes les techniques, de l'acrylique au pastel, travaillant les huiles, les encres et même les enduits et matières comme "Les Ocres". Elle a aussi privilégié les sorties picturales à thème, de Belledonne à Venise ou la Tunisie !

Premier prix de peinture à l'huile à St Etienne-de-Saint-Geoirs et à Morestel, Cité des peintres, Elisabeth Roux a su s'imposer dans un domaine inhabituel pour les "régionaux", celui de la "Femme" ! Ici, point de visages, de grands yeux ou de bouches charnelles, mais des femmes mystifiées, honorées, dont les corps sont mis en valeur pour leurs formes, leur "Trois Petits Plis", mais aussi parce qu'elles portent le monde" ...

Exposition à découvrir jusqu'au 22 octobre,
de 14 h 30 à 18 h 30, sauf les lundis et mercredis, en salle Jongkind, mairie de La Côte Saint André.

Capture d’écran 2021-04-14 à 09.49.23.pn

Colette HUMBERT Maire de Marnans et son Conseil, remercie les personnalités ici présentes venues pour l'ouverture du Festival Les Etés de Marnans 201O. Monsieur Georges COLOMBIER Député de l'Isère, Madame RABILLOUD Conseillère régionale, Monsieur Christian

NUCCI, Vice-Président du CG Président du Syndicat Bièvre Valloire, Marcel BACHASSON Conseiller Général du Canton, Président de la Communauté de commune du Pays de Chambaran, Maire de Roybon, Monsieur NEUDER Président de la CC Toutes Aures, Maire de

ST Etienne de St Geoirs je remercie ces personnalités de leur soutien pour que ce festival se maintienne a un niveau culturel de haute qualité. Ce Festival est une manifestation connue et reconnue dans la région, attendu par un public nombreux, fidèle qui apprécie la variété et la diversité des Concerts et artistes que nous programmons, bien soutenue par les différentes presse, radio, TV Cette année pour notre exposition nous accueillons Elisabeth ROUX que nous connaissons depuis de nombreuses années. Pour Elisabeth peindre est une passion dévorante. Elève des Beaux Arts de Grenoble, au fil du temps et un travail persévérant elle a trouvée sa personnalité dans ses toiles, un festival de couleur est le fruit d'années de travail et d' exposition. Cette dernière a bien sa place chez nous. Vous pourrez admirer son travail tout au long de ces deux mois de Festival. Je tiens à remercier et a féliciter tous les bénévoles de notre village qui se donnent sans compter pour que ce Festival soit une réussite dans l'organisation.

LES ETES DE MARNANS

Elisabeth Roux a transformé son regard sur la nature

 

Ce vendredi 9 décembre à la mairie de Saint Etienne de Saint Geoirs, Lilane Dico, adjointe, accompagnée d'une bonne représentation du conseil municipal accueillait Elisabeth Roux à l'occasion du vernissage de son exposition.
On notait la présence de Claire Debout, conseillère départementale représentant Jean-Pierre Barbier des vices présidents de la Communauté de communes, Anne Marie Amice, Evelyne Collet et Michel Champon, et du père Rivollet.

Elisabeth Roux, née dans les couleurs du Sud a trouvé ses racines dans le Dauphiné.

Elève de l'Ecole des Beaux Arts de Grenoble, c'est à Roybon que l'artiste installe son atelier.

Plusieurs techniques lui sont familières. Après des années d'approche et d'observation, le peintre transforme son regard sur la nature le reproduit dans la matière de ses oeuvres souvent de grand format.

A voir jusqu'au samedi 17 décembre

Elisabeth Roux est membre de la Société des amis des arts ce Grenoble, de l'Académie redécouvertes artistiques, et intervenante en atelier à Viriville et Roybon. Avec beaucoup d'enthousiasme elle organise les expositions à l'espace René-Vinay mettantes valeurs les artistes régionaux.

En 2013, Elisabeth Roux recevait premier prix pour son "Effetd'optique" à l'exposition de Saint -Etienne-de-Saint-Geoirs.

Afin de découvrir ses peintures exposées dans le hall de la mairie, l'exposition se déroule jusqu'au 17 décembre.

Capture d’écran 2021-04-14 à 10.21.47.pn